Interview: livre photo de Graeme Webb "Derniers vestiges – Le projet exhumé" – Analog Forever Magazine

Graeme Webb est un modéliste, relieur et photographe Polaroid qui vit et travaille à Londres, en Angleterre. Il a été formé en tant que technicien de chambre noire à la fin des années 60. Il a obtenu son diplôme en architecture et en photographie commerciale avec un minimum de 16 mm de films et de montage. Après avoir quitté le secteur en 1983, il a suivi une formation de chef de projet informatique et est retourné dans le monde des médias en 2002, où il a travaillé comme consultant en médias. Depuis 2006, il crée des photographies méticuleusement détaillées et mises en scène qui jouent avec des éléments d'échelle, de texture et d'éclairage et le cycle sans fin de la nature qui modifie les résultats de l'homme. Les constructions, qui sont construites à partir de zéro, sont à l’échelle 1:12 ou 1/6 (et parfois à l’échelle 1:87) sont souvent des collages. Ils renversent également les distinctions habituelles entre intérieur et extérieur, entrant et sortant à l'intérieur.

Les mondes miniatures surréalistes de Webb sont ensuite photographiés et éclairés à l'aide de torches et de diodes électroluminescentes. Les atmosphères sont créées à l'aide de techniques de pulvérisation d'eau, de projection et de fumée lors d'expositions prolongées. Aucun collage Photoshop ni effet numérique spécial n'est utilisé dans le processus de production des images photographiques finales. De petits ensembles ont été utilisés dans des animations, des courts métrages et des couvertures d'albums de musique. Récemment, il a créé des dioramas à l'échelle 1:12 logés dans des armoires décorées pour les entreprises. Webb a exposé au Barbican de Londres, au Centre Coton, aux studios Holborn, à Linear House, à la galerie Strand et à la galerie Huit Open Salon en France en 2011, aux studios Arcimboldi. Il a organisé des séminaires à l'église Saint Mary-le-Strand de Piccadilly, le 4D Model Shop et un séminaire d'événements spéciaux au Apple Store de Covent Garden en 2013. En 2016, il a brossé son équipement Polaroid. qui avait été stocké dans le grenier pendant plusieurs années, et a essayé de l’intégrer dans son flux de production photographique diorama. Cela a conduit à l’essai d’appareils photo instantanés pleine longueur et de paquets de pellicules. Graeme Webb gère également la presse Arcimboldi, qui publie des livres à édition limitée et des "magazines" spécialisés dans la photographie polaroid et analogique.

Les éditions PRYME ont récemment eu le plaisir de parler à Graeme Webb de son nouveau zine auto-publié, Derniers vestiges – Le projet exhumé, et sa technique expérimentale de manipulation de polaroïds. C'est par hasard que Graeme Webb a découvert cette technique photographique en 2016. Webb a lancé une exposition décevante à Impossible Project dans la poubelle de son jardin. Ce dont il ne se rendait pas compte, c’est que son objectif était si rare qu’il avait glissé sur le côté et dans la petite zone où la poussière, les feuilles mortes et d’autres débris de jardin étaient piégés. Six mois plus tard, il nettoyait le jardin et tomba sur cette empreinte instantanée oubliée, recouverte de terre et entourée de plusieurs espèces d'invertébrés. L'image s'estompait (mais pas complètement) et les couleurs de la couche d'émulsion changeaient légèrement. La couche avait une fine réticulation: des vésicules étranges, des moisissures, des cicatrices et le cadre en plastique tombaient.

Webb a soigneusement nettoyé le cadre et l'a scanné lorsqu'il était sec. Avec une numérisation à très haute résolution, des sections de l'image montraient de nouveaux mondes fantastiques de soie froissée, de ciels de Turner et de paysages métalliques. Ici et là, des parties de l'image originale ont encore survécu et l'ont considéré comme une figure fantomatique d'un monde mystérieux et oublié. C'est à ce moment-là qu'il a décidé de poursuivre un projet utilisant cette technique fortuite et a commencé à expérimenter différents colorants, encres et additifs pour tenter d'influencer le résultat. Certaines de ses expériences ont fonctionné, mais pas toutes. Webb a constaté que les températures élevées accéléraient le processus mais donnaient une sensation complètement différente des conditions lentes et glaciales. Dans l'ensemble, sa technique donnait le contrôle de la nature pour faire de ses images ce qu'elle aimait.

Dans les pages de son nouveau zine auto-publié, Derniers vestiges – Le projet exhumé, vous trouverez les résultats de ce premier projet. Les Editions PRYME sont fières d’avoir 5 versions en édition limitée de ce produit en vente dans notre magasin! Rendez-vous là maintenant et profitez de ces polaroïds transformés et découvrez quelques-uns des univers miniatures que Webb s'est lui-même découverts au cours de son parcours de manipulation de polaroid [These limited editions are available in the US only]

Connectez-vous avec Graeme Webb sur Instagram et Etsy!

Article sélectionné par sa qualité et traduit pour en faire profiter la communauté francophone – Nous ne sommes pas à l’origine de cet article qui est disponible sous sa forme originale iciSource ici

Interview: livre photo de Graeme Webb "Derniers vestiges – Le projet exhumé" – Analog Forever Magazine
4.9 (98%) 32 votes